La parole aux premiers salariés des Entreprises à But d’Emploi (2/2)

ATD Quart Monde France

Tezea – Image page Facebook

Nathalie, 50 ans, à plein temps à TEZEA.

» J’étais dans la restauration, j’adorais ça. Mais j’ai eu un accident du travail. A Tezea, je suis à la ressourcerie, je range les vêtements qui arrivent, je dispose les meubles, les bibelots… Maintenant, je sais pourquoi je suis fatiguée à la fin de la journée. Ce sont les chaussures de sécurité qui me font mal.
Retravailler, c’est tout : le salaire, la fin de l’isolement… Au chômage, on est seul, on n’est personne, on est mis de côté. Ici, je vois un tremplin pour rebondir.
Il faut que ces entreprises se multiplient. Rester chez soi, avoir des aides, c’est bien gentil. Mais on a besoin d’une vie sociale, de discuter entre collègues…
Ce projet, j’y ai cru dès le début. On a fait des tas d’heures de bénévolat pour que ça marche. C’est notre bébé, on l’a créé, on l’a accouché. Ca a été long, très long. A un moment où il fallait voter les lois, j’ai cru qu’ils reculeraient. (…) »

>> la suite

 

This entry was posted in solidarité – solidarity, travail – work and tagged , , , . Bookmark the permalink.