Expulsions de campements : la France devant la justice européenne

Passeurs d’hospitalité

La France a été condamnée le 17 octobre 2013 par la Cour Européenne des Droits de l’Homme (CEDH) pour une expulsions de campement sans concertation, sans examen de la situation des personnes et sans solution de relogement, au titre du respect de la vie privée et du domicile (voir ici : http://www.atd-quartmonde.fr/le-droit-a-etre-entendu/).

La CEDH est à nouveau saisie depuis le 12 avril 2014 d’un recours contre une autre expulsion de campement, au titre du traitement inhumain et dégradant que constituent les circonstances de l’expulsion et la dégradation des conditions de vie des personnes expulsées, ainsi que du respect de la vie privée et du domicile (voir ici : http://www.amnesty.fr/AI-en-action/Discriminations/Discriminations/Actualites/La-Cour-europeenne-saisie-une-expulsion-forcee-de-Roms-en-France-11962).

Voir aussi : LDH Toulon

Ce contenu a été publié dans Expulsion, Français, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.