Du Collège pour les Droits de l’Homme aux Pays-Bas

Selon le Collège pour les Droits de l’homme aux Pays-Bas, les droits de l’homme sont indispensables pour une approche efficace de la pauvreté.

Pour une approche efficace de la pauvreté, il faut mettre les droits de l’homme au centre1. C’est la conclusion du Collège pour les droits de l’homme aux Pays-Bas, basée sur son rapport annuel intitulé “Droits de l’homme aux Pays-Bas : pauvreté, exclusion sociale et droits de l’homme”2. Le rapport démontre que la pauvreté met les droits de l’homme sous pression. Et inversement: si les droits de l’homme ne sont pas suffisamment respectés, il y a le risque de tomber dans la pauvreté ou d’y rester. On pense aux droits à la santé, à l’éducation, au travail et au logement. En outre, une enquête concernant la façon dont des personnes ressentent la pauvreté, montre que 80% des personnes vivant dans la pauvreté ressentent que leur dignité est affectée.

Aussi le Collège demande-il que les autorités développent une vision politique large et un programme national pour mettre fin à la pauvreté et à l’exclusion sociale.

Les chiffres le démontrent. Aux Pays-Bas et certainement aussi dans la partie de notre Royaume aux Caraïbes, il y a encore beaucoup de personnes vivant dans la pauvreté. La pauvreté peut toucher tout le monde : la perte d’un emploi, un divorce ou des frais de santé élevés. C’est un problème complexe qui ne se limite pas à un manque d’argent. Des personnes vivant dans la pauvreté se trouvent souvent dans un cercle vicieux d’impuissance, de stigmatisation, de discrimination et d’exclusion3.

Le Président, Adriana van Dooijeweert: “Quand quelqu’un vit dans la pauvreté, sa dignité peut être affectée. Mais la pauvreté a également des conséquences pour notre société ; quand des personnes ont le sentiment d’être exclues, cette situation peut conduire à des atteintes à la paix sociale et une perte de confiance dans les institutions, dans les autorités et l’état de droit.”

Pauvreté et droits de l’homme.

Le droit à une existence convenable et la protection contre la pauvreté et l’exclusion sociale, le droit à la santé, le droit à l’éducation, le droit au travail et le droit au logement sont des droits fondamentaux de l’homme. Liés à ces sujets, il y a des problèmes concernant la participation, l’autonomie, l’égalité et la protection en droit. La pauvreté peut conduire à un mode de vie malsain, à vivre dans un environnement nuisible ou à s’abstenir (à ne pas faire appel à) des soins de santé. Environ 2,5 millions de personnes aux Pays-Bas ont du mal à lire et à écrire. Beaucoup parmi eux sont pauvres depuis longtemps, ont des problèmes de santé et participent dans une moindre mesure à la vie sociale et politique. Les enfants des parents moins instruits reçoivent un conseil pour un enseignement inférieur à leur potentiel. Et bien que l’emploi soit encore une source importante de revenus, il est apparu que le fait de disposer d’un travail rémunéré n’est pas une garantie pour ne pas tomber dans la pauvreté. Enfin, le nombre des personnes sans abri augmente et beaucoup de personnes ne sont pas en mesure de payer les charges d’un logement.

Que faut-il faire ?

Les autorités publiques doivent développer une pensée stratégique et un programme national afin de mettre fin à la pauvreté et à l’exclusion sociale. Ce programme doit, dans tous les cas, traiter le droit à une existence convenable, la santé, l’éducation, le travail et le logement. Il faut un programme pour les Pays-Bas aussi bien sur le continent que dans les Caraïbes. Il est important que les autorités collaborent avec les municipalités et avec des organisations représentant ces populations et avec des personnes qui vivent elles-mêmes dans la pauvreté. C’est valable aussi quand les municipalités abordent la pauvreté. Van Dooijeweert : « Mettre fin à la pauvreté où qu’elle existe et prévenir où elle risque de surgir, est une fonction élémentaire de l’État ». Le Collège a la ferme conviction que l’État ne peut réussir que quand il dispose d’une pensée politique concernant la pauvreté et la mise en œuvre des droits de l’homme doit occuper une place centrale dans cette vision.

Comment les personnes ressentent-elles la pauvreté ?

À la demande du Collège, le bureau de recherche GfK a réalisé une enquête concernant la façon dont les gens ressentent la pauvreté. Il est apparu que parmi des personnes qui se considèrent comme pauvres, 80 % indiquent que cela a des répercussions sur leur état de santé, 91 % voient que leurs possibilités de libre choix sont affectées. 65 % de la population en général aux Pays-Bas dit entreprendre souvent des activités, tandis que parmi les personnes disposant de bas revenus, ce n’est que 31 %. 35 % des personnes qui ont l’expérience de la pauvreté se sentent ainsi exclues.

Ton Redegeld

À lire (en néerlandais) rapportage Mensenrechten in Nederland: armoede, sociale uitsluiting en mensenrechten
Lees het belevingsonderzoek naar armoede

—————————
Notes
1 Ce texte est l’annonce du Collège sur leur site (www.mensenrechten.nl), traduite par nos soins en français
2 Collège voor de rechten van de mens : Rapportage Mensenrechten in Nederland: armoede, sociale uitsluiting en mensenrechten, (Utrecht, College voor de rechten van de mens, 2017)
3 Principes directeurs de l’ONU : Extrême pauvreté et droits de l’homme (A/HRC/RES/21/11)

This entry was posted in Accès aux droits (nat), Droits de l'Homme (nat), Français and tagged , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *