La discrimination fondée sur l’origine sociale et la situation financière : amorce d’une jurisprudence protectrice en Hongrie

La discrimination fondée sur l’origine sociale ou la situation financière est interdite par l’article 8 de la loi hongroise no CXXV de 2003 sur l’égalité de traitement et la promotion de l’égalité des chances.  

En 2018, le tribunal régional de Miskolc a constaté l’existence d’une pratique discriminatoire d’un hôpital fondée sur ces deux critères vis-à-vis d’un groupe de femmes venant y accoucher.  

En l’espèce, le Centre Européen pour les Droits des Roms (CEDR) avait introduit une actio popularis par laquelle il représentait toutes les femmes Roms venant accoucher, qui avaient été affectées par la pratique dun hôpital de facturer un montant pour une combinaison hygiénique jetable à porter obligatoirement dans la salle de naissance par tout accompagnant (mari, compagnon, mère…). Les frais exigés pour ce vêtement représentaient un montant trop élevé pour les familles vivant dans la (grande) pauvre dans le comté de Borsod-Abaúj-Zemplén où il y a une forte densité de familles Roms. Dès lors, dans de nombreux cas, les futures mères Roms parmi lesquelles des jeunes filles de moins de 18 ans étaient obligées d’endurer les heures d’accouchement, seules, sans aucun soutien.  

Au regard de ces faits, le tribunal de première instance de Miskolc a estimé que la pratique de l’hôpital de facturer des frais pour le vêtement hygiénique à porter obligatoirement par tout accompagnant constituait une double discrimination :

  • une discrimination directe fondée sur l’origine sociale et la situation financière du groupe des femmes concernées, dont les familles et elles-mêmes vivent dans la (grande) pauvreté. Le tribunal précise que l’hôpital n’aurait pas commis de discrimination uniquement si les vêtements de protection avaient été fournis gratuitement, sans restreindre ainsi le droit garanti par la loi de pouvoir accoucher avec le soutien dun accompagnant ;
  • une discrimination indirecte fondée sur l’appartenance ethnique (Roms), compte tenu de la surreprésentation des familles Roms parmi les familles pauvres de la région.

Le tribunal a aussi ordonné à l’hôpital de mettre fin immédiatement à la pratique discriminatoire et l’a condamné à payer une amende. 

En 2019, la Cour d’appel de Debrecen a confirmé le jugement de première instance, tout en réduisant le montant de l’amende. 

Le 26 mai 2020, le recours contre l’arrêt de la Cour d’appel a été rejeté par la Cour suprême de Hongrie. 

Ces décisions de justice dans le domaine de l’accès aux soins de santé constituent l’amorce d’une jurisprudence protectrice contre les pratiques discriminatoires fondées sur l’origine sociale et la situation financière. Cette jurisprudence est d’autant plus importante qu’elle renforce la protection de la communauté des Roms, minorité nationale fortement présente en Hongrie et discriminée tant sur le fondement de leur origine ethnique qu’en raison de leur situation socio-économique précaire.  

 

Cyrielle Kugler et Philippe Brouwers  

 

La présente note a été rédigée sur la base des informations mises à disposition par le Centre Européen pour les Droits des Roms. Pour en savoir plus, consultez : 

Ce contenu a été publié dans Décisions nationales (juridictionnelles ou non), Discrimination (nat), Français. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.